Ai-je suffisamment de fonds propres pour acheter le bien immobilier de mes rêves ?

par / 30 March 2023
MoneyPark Hypothekenrechner Eigenkapital

Le calculateur d’hypothèques de MoneyPark vous permet de déterminer rapidement le montant des fonds propres dont vous avez besoin pour acheter le bien immobilier de vos rêves et de savoir si vos revenus répondent aux critères de capacité financière. Si vos économies ne suffisent pas à financer l’achat d’un bien immobilier, vous devriez examiner si une avance sur héritage, une donation ou un prêt au sein de votre famille ou de vos amis serait une option.

Si vous achetez un bien immobilier en Suisse, vous ne pouvez pas dépasser un taux d’endettement de 80 %, c’est-à-dire qu’au moins 20 % du prix d’achat du bien doivent être disponibles sous forme de fonds propres, le reste pouvant être financé par une hypothèque. La moitié au maximum des fonds propres (soit 10 % du prix d’achat) peut être constituée de capital de prévoyance (caisse de pension) ; l’autre moitié (également 10 % du prix d’achat) doit être apportée sous forme de “fonds propres durs” (dont fait partie, par exemple, le pilier 3A). Le calculateur d’hypothèque vous indiquera combien cela représente dans votre cas concret. S’il n’y a pas assez d’argent, les parents peuvent par exemple céder à l’avance une partie de leur futur héritage à leurs enfants, afin que ces derniers puissent réaliser leur rêve d’acquérir leur propre bien immobilier.

Trois possibilités s’offrent à vous : Avance sur héritage, donation et prêt


Le choix de l’une ou l’autre de ces variantes dépend de la situation individuelle, du montant concerné et également du canton de résidence. Il existe d’ailleurs une différence entre les deux premières variantes (avance d’hoirie et donation) et la troisième (prêt) : En effet, dans le cas d’une avance d’hoirie et d’une donation, l’argent entre dans le patrimoine des enfants, alors que dans le cas d’un prêt, il reste chez les parents. Cela a surtout une conséquence : les donations et les avances d’hoirie doivent ensuite être prises en compte lors de la succession, lorsqu’il s’agit de déterminer les parts réservataires. Ces variantes permettent certes à vos enfants d’acheter leur propre logement, mais elles ne permettent pas d’éviter les parts obligatoires légales lors de la succession. C’est pourquoi il vaut la peine de faire un calcul précis – sinon, il se peut que les enfants soient confrontés à des exigences d’autres héritiers au décès de leurs parents et qu’ils doivent verser des compensations.

De quoi faut-il tenir compte ?


Dans le cas de l’avance sur héritage, tout se passe en principe comme dans le cas d’un héritage normal, à la différence près que les héritiers sont encore en vie. Néanmoins, comme dans le cas d’une succession normale, l’impôt sur les successions est dû. Ces droits sont réglés au niveau cantonal et doivent être payés dans le canton où les parents sont domiciliés. Il est donc conseillé de vérifier si un impôt sur les successions doit être payé ou non en examinant les différentes variantes. Toutefois, les parents proches tels que le conjoint (dans tous les cantons) et les enfants (dans la plupart des cantons) ne sont pas concernés par l’impôt sur les successions.

La deuxième option, la donation, doit également être prise en compte après la succession. Les taux d’imposition des donations sont à peu près les mêmes que les taux d’imposition des successions. Il y a également donation (déguisée) lorsque les parents vendent à leurs enfants des biens immobiliers ou des objets de valeur en dessous de leur valeur réelle. Dans ce cas, les enfants doivent verser une compensation aux autres héritiers lors de la succession, à moins que les parts légales ne soient respectées et que les parents décident de leur vivant qu’aucune compensation n’est nécessaire.

La troisième variante par laquelle les parents peuvent soutenir financièrement leurs propres enfants lors de l’achat d’un bien immobilier est le prêt. Un prêt a toutefois des conséquences financières pour les parents, car l’argent fait toujours partie de leur patrimoine et est donc imposé en conséquence. Cela peut toutefois soulager les enfants, car ils reçoivent l’argent et ne paient pas d’impôt sur la fortune. Les intérêts éventuels sont soumis à la même règle : les parents doivent les déclarer comme revenu, tandis que les enfants peuvent les déduire de leur patrimoine imposable, ce qui peut atténuer la progressivité de l’impôt sur le revenu.

Une fois que les fonds propres et la capacité financière sont disponibles, il reste à trouver l’hypothèque la plus avantageuse à l’aide du calculateur d’hypothèque.

Pour ce faire, utilisez à nouveau le calculateur d’hypothèque pour calculer le montant de l’hypothèque. Demandez ensuite à au moins trois ou quatre prestataires de financement et tenez compte des assurances et des caisses de pension. Les banques traditionnelles ont tendance à profiter de l’inertie des clients en matière de comparaison des offres et imposent ainsi des taux d’intérêt beaucoup trop élevés.

MoneyPark vous aide à trouver l’hypothèque la plus avantageuse en vous fournissant des conseils indépendants et compétents. Nous comparons pour vous les offres de plus de 150 partenaires de financement et prenons en compte non seulement les banques et les assurances, mais aussi les caisses de pension. En outre, nous vous conseillons volontiers dans le domaine de la prévoyance ainsi que pour toutes les questions relatives à l’achat, la possession et la vente de biens immobiliers.


MoneyPark – spécialiste hypothécaire et immobilier indépendant
>100 partenaires | 30 Helvetia sites | >3 Mia. volume hypothécaire p.a.

(Visited 191 times, 1 visits today)